Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1997, 136(1-4), 156-157
COMPTE-RENDU D'EXPOSITION

LIVRES D'ANTAN ET AFFICHES D'HIER

Bibliothèque interuniversitaire des Sciences de la vie et de la santé
Bordeaux, Octobre 1997

Depuis sa création en 1995, l'association Thériaquitaine ne cesse de mettre l'accent sur le patrimoine pharmaceutique et de militer pour sa sauvegarde. C'est ainsi qu'elle a présenté une exposition sur le thème Livres d'antan et affiches d'hier à l'occasion d'Intermed, forum international sur la recherche et le médicament qui se réunissait à Bordeaux pour la sixième fois. La simultanéité de ces deux manifestations était d'ailleurs très opportune tant il est vrai qu'il est utile de regarder en arrière pour pouvoir mieux aller de l'avant.

Comme son titre l'indique, l'exposition comportait deux volets :

- d'une part, la présentation d'un choix d'ouvrages anciens tirés des fonds de la Bibliothèque interuniversitaire des Sciences de la vie et de la santé et sélectionnés pour montrer l'aspect pluridisciplinaire de la pharmacie,

- d'autre part, l'illustration de la publicité pharmaceutique du siècle dernier et du début du notre au travers d'affiches provenant de la très belle collection des Laboratoires Thérabel Lucien Pharma.

Parmi les éditions rares que l'on pouvait admirer, nous noterons tout d'abord cet incunable de 1490 regroupant les traductions latines des oeuvres d'Avenzoar et d'Averoès, ainsi qu'un magnifique Avicenne édité à Venise en 1523 qui reprend la traduction du Canon par Gérard de Crémone avec les annotations et les commentaires de Jacques Despars. Dioscoride était présent par les Commentaires de Matthiole dans une édition lyonnaise du XVIIe siècle, et Galien par une édition vénitienne du XVIe siècle de ses oeuvres complètes. La botanique était illustrée par la Philosophie botanique de Linné ainsi que par un cours manuscrit d'Antoine de Jussieu. Deux ouvrages de Paracelse publiés à Bâle et à Genève introduisaient à la chimie représentée par les oeuvres de Nicolas Lémery (Cours de Chymie. Paris, Étienne Michalet, 1696) et d'Antoine Baumé (Dissertation sur l'aether. Paris, Hérissant, 1757 ; Chymie expérimentale et raisonnée. Paris, F. Didot le Jeune, 1778). Les ouvrages plus spécifiquement pharmaceutiques ne manquaient pas : Histoire générale des drogues de Pierre Pomet ( 2e éd. 1735), Pharmacopée de Bauderon (Lyon, Claude Prost, 1609), Codex medicamentarius seu pharmacopoea parisiensis (Paris, Cavelier, 1748), Pharmacopée royale galénique et chimique de Charas (Paris, Frères Bruyset, 1753), Pharmacopée d'Augsbourg (1684), Formulaire du Grand Hôtel-Dieu de Lyon de Garnier (1764). Signalons encore la rare thèse de Christopher Würtz Conamen mappae generalis medicamentum simplicius secundum affinitates virium naturalium nova methodo geographica dispositorum imprimée par Bauer et Treuttel à Strasbourg en 1778, avec sa curieuse carte géographique de la santé.

La section affiches n'était pas moins intéressante. La sélection présentée montrait combien les fabricants de spécialités avaient su faire appel à des artistes de talent pour créer les affiches destinées à promouvoir leurs produits. C'est ainsi que l'on pouvait apprécier les créations bien connues de Jules Chéret pour les Pastilles Géraudel, le Vin Bravais et l'Eau de Botot, ou celle non moins célèbre de Leonetto Cappiello pour le Thermogène. Un charmant dessin de Benjamin Rabier vantait la bonne mine du poilu qui, grâce à la quinine et à la moustiquaire, avait échappé au paludisme lors de la campagne d'Orient, tandis qu'une affiche pour le Spécifique Victorieux montrait deux soldats français, frais et dispos grâce à ce merveilleux corricide préparé par un pharmacien d'Eymet, en Dordogne, toisant d'un air moqueur deux militaires allemands, certainement plus handicapés, dont l'un a enlevé une de ses bottes pour soulager un pied douloureux. L'impact publicitaire d'une composition du dessinateur Georges-Pierre Beuville montrant en gros plan un Diafoirus qui présente doctement un flacon d'Eau de Botot seul dentifrice approuvé par l'Académie de médecine de Paris était manifeste. D'autres affiches, dues à des artistes moins connus ou parfois non signées, concernaient des médicaments ou des produits fabriqués en Aquitaine et présentaient un intérêt pour l'histoire de la pharmacie dans notre région : on voyait ainsi une publicité pour les Perlines dentaires fabriquées à Périgueux, une autre particulièrement impérative ( Prenez-en! Dieu l'ordonne. ) de l'artiste bordelais Paul Quinsac pour l'huile de foie de morue de Gaston Monnier à Bordeaux, une belle affiche pour la Néréide élixir infaillible contre le mal de mer préparé par A. Pesqui, pharmacien au Bouscat, ou encore une autre vantant le célèbre Chocolat de Guyenne de la maison Roudel à Bordeaux.

Fort bien présentée dans les locaux de la Bibliothèque interuniversitaire des Sciences de la vie et de la santé sur le campus de l'Université Victor-Segalen (Bordeaux 2) à Carreire, cette exposition a connu un vif succès, non seulement auprès des congressistes d'Intermed, mais aussi des pharmaciens, des universitaires et des étudiants. Un intéressant catalogue, rédigé par Madame Marie-José Henrioux, Conservateur à la Bibliothèque universitaire, en gardera la trace. Il reste à remercier et à féliciter les artisans de cette manifestation au premier rang desquels il convient de citer Madame Henrioux et Monsieur Jérôme Parésys-Barbier, Secrétaire général de Thériaquitaine, sans oublier bien sûr les Laboratoires Thérabel Lucien Pharma sans lesquels la présentation des affiches n'aurait pas été possible.

G. Devaux